Boiron Suisse

Mal Des Transports

Mal Des Transports

Conseils pratiques contre le mal des transports

Les enfants sont prêts, les valises bouclées et le moteur de la voiture tourne : voici le moment tant attendu du départ en vacances ! Cependant, pour les personnes sujettes au mal des transports, le plus difficile reste à venir…
Que recouvre exactement ce trouble particulièrement gênant et désagréable, appelé aussi “naupathie” ? Des réponses à quelques idées reçues…

Le mal des transports
Le vrai / faux du mal des transports

Seuls les enfants sont sujets au mal des transports : FAUX
Moiteur, fatigue, maux de tête, vertiges et nausées n’épargnent pas les femmes, particulièrement touchées par ces symptômes (deux fois plus que les hommes). Ce trouble est variable en fonction de la sensibilité de chacun et des mouvements auxquels nous sommes soumis lors du transport.

Le mal des transports survient surtout en bateau : FAUX
Tous les modes de transport peuvent entraîner une crise de naupathie, même si la voiture arrive largement en tête.

Le trouble provient d’un dysfonctionnement de l’oreille interne : VRAI
Le mal des transports est issu d’une stimulation inhabituelle du vestibule situé dans l’oreille interne, centre de l’équilibre.
Mais attention l’oreille interne n’est pas seule en cause car l’équilibre dépend aussi des informations transmises au cerveau par notre vue et notre position dans l’espace. La contradiction entre ces différentes informations serait à l’origine du mal des transports.
A noter que d’autres facteurs comme certaines odeurs, la chaleur, le confinement et l’anxiété peuvent favoriser l’apparition des symptômes.

Le mal des transports n’étant pas une maladie, il n’y a donc rien à faire : FAUX
Les symptômes du mal des transports se préviennent et peuvent se traiter.
 
Voici quelques astuces, pour voyager en toute tranquillité :

1. prenez un repas normal : ni trop copieux, ni trop léger de manière à ne pas rendre les périodes de vomissement douloureuses, si tel est le cas. Prévoir des boissons sucrées après chaque vomissement.
2. occupez vous, pour « oublier » votre sensibilité au trajet
3. évitez de lire pendant le trajet, et prenez un repère fixe, l’horizon par exemple
4. prenez l’air aussi souvent que possible, soit en faisant des pauses très fréquentes, soit en ouvrant les fenêtres pour faire rentrer de l’air frais (attention à ne pas mettre le chauffage trop fort)
5. prenez la place du conducteur si vous le pouvez

source : www.doctissimo.fr (pour les astuces)

Découvrez aussi :